24/06/2014

Korg Magazine 2013 - 50th Anniversary Edition 1963 - 2013


Korg est reconnu comme l’un des fabricants les plus innovants d’instruments de musique électroniques et accessoires dans le monde. Avec son siège social basé à Tokyo, au Japon, Korg dispose d’un réseau de distributeurs opérant dans des pays à travers le monde.
De la production du premier synthétiseur au Japon, à la définition de la catégorie Music Workstation, à l’invention du premier accordeur électronique portatif et plus, Korg a été à la pointe de la technologie, et s’efforce de mettre sur le marché des produits qui ne sont pas seulement la fine pointe, mais également très conviviaux, stimulants et de la plus haute qualité.

Tsutomu Katoh
 Début

L’entreprise a commencé comme beaucoup le font avec l’idée que les choses pourraient être mieux faites. Dans les années 1960, Korg Tsutomu Katoh fondateur était un propriétaire de discothèque. Tadashi Osanai, un accordéoniste japonais éminent, jouait régulièrement au club de Katoh. Katoh dit à Osanai qu’il serait pratique d’avoir une boîte à rythme. Osanai, un ingénieur diplômé de la prestigieuse Université de Tokyo au Japon, était certain qu’il pourrait construire une boîte à rythme lui-même, et convainca Katoh pour financer son projet.

DoncaMatic DA-20
 En 1962, Katoh loua un petit local à côté de la Keio (prononcez KO ou Kayo) la ligne de chemin de fer, où Katoh et Osanai travaillèrent à l’élaboration d’une boîte à rythme mécanique. L’entreprise naissante a été surnommé “Keio Electronic Laboratories”, qui devint plus tard Korg, une dérivation de l’expression “Keio” et “ORGan”. Leur premier produit, le “Disc Rotary Electric Auto Rhythm machine ou DoncaMatic DA-20”, a été publié en 1963. Bien primitif aux vues de ce qui se fait aujourd’hui, l’instrument représentait une avancée majeure pour cette époque. En 1966, la société avait fait la transition de la technologie électromécanique à celle des semi conducteurs avec l’introduction de la “DoncaMatic DE-11”.

Korg continua à réaliser de nombreuses boites à rythmes, au fur et à mesure que sa notoriété augmentait. La série de  Mini-Pops (Série MP) et Korg Rhythm (KR) étaient extrêmement populaires. Comme l’échantillonnage était en vogue dans les années 1980, le DDD-1 et DDD-5 (boites à rythmes numériques dynamiques) sont devenus les vedettes pour finalement céder la place à la S3 en 1990.

Korg DDD-1
Clavier

Au cours des années 1960 et 1970, l’orgue était un produit dominant sur le marché du clavier, donc en 1967, lorsque Katoh a été approché par Fumio Mieda, un ingénieur qui voulait développer des claviers, il fournit le support pour Mieda afin de tenter l’élaboration d’un nouveau type d’orgue.

En 1968, Mieda créa le “Prototype I”, qui était un orgue  programmable semblable à un synthétiseur.
Afin de promouvoir leur idée et fabriquer des produits pour le marché grand publique, Katoh et Mieda créèrent l’orgue KORGUE, qui fut achevé en 1972.

Korg Prototype I

 Pendant ce même temps, un ami musicien de Katoh et Mieda visita les Etats-Unis et vit un synthétiseur Moog. À son retour au Japon, il dit que le Prototype de Katoh n’étais en fait pas différent d’un synthétiseur, ce qui rendait le prototype I, le premier “synthétiseur” au Japon. Cela encouragea Katoh à développer la technologie des prototypes et de pénétrer le nouveau marché du synthétiseur.

Korg MINI 700

Synthétiseurs

En 1973, en utilisant les nombreux concepts de base du Prototype I, la société lança son premier synthétiseur, le KORG MINI 700 (K1 aux États-Unis), un synthétiseur monophonique. Ce fut le premier produit à être vendu sous la marque Korg. Le mini-KORG fut bientôt rejoint par le mini-700S KORG (K2 aux États-Unis), une version améliorée avec des effets.

La famille des Mini KORG prouva sa popularité en fournissant une haute qualité sonore dans un package facile à utiliser et abordable. Sur la base de l’énorme succès du KORG mini, la société continua à développer des synthétiseurs.

Korg Dual-Voice Maxi 800DV
1975 vit l’introduction du Dual-Voice Maxi-Korg 800DV (K3 in the U.S.) Le SyntheBass et le synthétiseur 900PS. Un an plus tard, la série Ensemble Polyphonique (PE1000 PE2000 et) a été dévoilée.

La série PE aida à lancer Korg en tant que société proposant une gamme complète de claviers électroniques. En 1978, Korg présenta deux nouvelles lignes de synthétiseurs qui ont conservé quelques-uns des patchs des premiers synthétiseurs modulaires, la polyphonie de la série PS et la série MS monophonique.

Korg MS-20

Le MS10 et le MS20 connurent un grand succès, et sont toujours très convoité par les artistes de techno et de dance d’aujourd’hui. Font également partie de cette fleur de produits le premier vocodeur Korg, le VC-10.

Korg PS-3300

Le PS-3100 est le premier synthétiseur polyphonique Korg, et il fut bientôt rejoint par le PS-3200, l’un des premiers synthétiseurs polyphoniques programmables jamais créé, ce qui permet au son d’être rappelé au simple toucher d’un bouton. Le PS-3300, suivit en 1979, et en fait contenait trois synthétiseurs polyphoniques distincts qui pouvaient être joués en même temps d’un seul clavier.

Korg Trident
 En 1980, Korg lança le TRIDENT, combinant un synthétiseur polyphonique programmable, un synthétiseur de cordes, un synthétiseur de vents , des effets et tout cela en un seul clavier.

Korg Prophet-5

Les séquenceurs révolutionnèrent l’industrie du synthétiseur en 1978 avec le Prophet-5, le premier instrument qui était polyphonique, facile à utiliser, et permettait à chaque bouton de réglage d’être enregistré dans une banque de presets utilisateur. Musicalement l’instrument de rêve, mais son prix de 4000 $ limitait les ventes.
L’importance du Prophet-5 fut immédiatement évidente à M. Katoh et aux ingénieurs de Korg. Ils commencèrent à travailler sur un produit similaire, ce qui conduisit à l’introduction du Polysix en 1981. Le Polysix avait six voix de polyphonie et, comme le Prophet 5, était entièrement programmable. Cependant, son prix de 1,995 $ était sans précédent. En 1981, Korg publia également le Mono/Poly, un autre objet convoité aujourd’hui.

Korg Poly-800
Korg encore redéfinit le marché du synthétiseur avec l’introduction du Poly-800 en 1983. Avec un prix de 795 $, le Poly-800 fut le premier synthétiseur entièrement programmable qui coûtait moins de 1000 $! Il fut également le premier produit Korg équipé MIDI. La série  numérique (DW6000 DW8000 et) en 1984 et 1985 introduisit toute une palette de nouvelles couleurs de sons en utilisant des formes d’onde complexes numérisée au-delà de la portée du simple carré et des ondes en dents de scie utilisées jusque là. 1987 Korg se fit à nouveau remarquer, en utilisant la technologie FM d’une manière très intuitive avec le DS-8 et 707.

Korg DS-8

Korg acquit le Sequential Circuits en 1989, formant le noyau d’un centre de recherche et de développement basé à Silicon Valley en Californie. Le premier produit développé par Korg R&D fut le Wavestation, introduit en 1990. En utilisant des technologies telles que la synthèse de vecteur avancée et le séquençage, le Wavestation remporta des prix et de la reconnaissance pour ses réalisations techniques et son innovation, et fut suivi par un certain nombre de produits.

Korg Wavedrum-WDX
La California-based R&D group et Korg Inc. continuèrent à explorer de nouvelles technologies, se plongeant dans la modélisation physique et autres formes de synthèse avant-gardistes. L’un des résultats les plus uniques de ces efforts a été le Korg WAVEDRUM, sorti en 1994. Il combinait la jouabilité expressive d’une batterie acoustique avec la puissance dynamique de la synthèse DSP, permettant aux batteurs et percussionnistes d’utiliser leurs techniques de jeu familière et de créer et de contrôler dynamiquement une large gamme de sons. Un tout nouveau WAVEDRUM-WDX fut annoncé en 2009, avec des sons et une sensation fantastique avec 100 boucles pour pratiquer!

Korg OASYS
 Pendant ce temps, le groupe de R&D travailla sur un nouveau projet baptisé « OASYS », une architecture de Synthèse ouverte. Leur recherche donna de nouvelles technologies qui furent implantées sur un certain nombre de produits Korg, y compris la carte PCI OASYS qui amena une excellence sonore inégalée dans les années 1990 et ouvrit la voie pour le clavier OASYS dans les années ultérieures.

Korg Prophecy

Le synthétiseur solo prophétie fut dévoilé en 1995. L’utilisation de la synthèse DSP d’abord développée pour le projet OASYS, les Prophecy monophonique fournissaient des algorithmes pour produire des timbres réalistes analogiques, VPM (Modulation de phase variable) des sons similaires à une synthèse FM, et des modélisations physiques d’instrument à vent, bois et instruments à cordes pincées. Korg améliora sa technologie DSP en 1997 pour créer le Synthétiseur à modélisation physique Z1.

Korg Z1
 Cet instrument polyphonique multitimbral à 61 touches fut équipé d’un générateur de synthèse incroyablement puissant, un arpégiateur polyphonique et un clavier de contrôle XY. Cette même technologie de modélisation est la base pour l’expandeur Korg MOSS , qui est encore largement utilisé dans les stations de travail d’aujourd’hui.

Korg MS-2000

En 2000, Korg présenta le synthétiseur MS2000 à modélisation analogique, ainsi qu’une version rack surnommée le MS2000R. Dotés du dernier système d’alimentation à modélisation analogique DSP, ces produits rendent hommage aux sons analogiques des synthétiseurs Korg originaux de la série MS. Ils comprennent les puissants vocoder 16 bandes, modélisés sur le modèle classique Korg VC-10, qui peuvent utiliser des sons vocaux ou  rythmiques en entrée. Suivirent des versions remaniées avec un nouvel ensemble de sons et de couleurs: le MS2000B et MS2000BR. Une version mini-touches  basée sur le même générateur de sons apparue en 2003. Surnommé le microKORG, cet interprète plaisant est rapidement devenu l’un des best-sellers des synthétiseurs dans le monde, et est resté au sommet pendant des années. Le moteur de synthèse HI (Hyper Integrated) qui a alimenté la célèbre station de travail TRITON s’est avéré assez puissant pour voler de ses propres ailes dans la phase X-50,  le Microx et les synthétiseurs de studio. Les collectionneurs sont toujours à la recherche de la version camouflage rare du X-50 et la version blanche de l’insaisissable Microx.

Korg X-50 Camouflage

Korg Microx Blanc

Korg RADIAS

Korg Monotron

En 2010, Korg célébra son héritage analogique avec la sortie du Monotron en format de poche, un synthé analogique à ruban contrôlé avec un VCO, LFO et un filtre analogique classique dans le légendaire MS-10 et MS-20. Capable de fonctionner avec des batteries et des processus externe audio, le Monotron s’est avéré être un succès instantané, remportant un prix convoité, le « Key Buy » décerné par le magazine Keyboard. Le succès du Monotron a ouvert la voie à la version 2011 du Monotribe, une station à ruban analogique. S’appuyant sur la puissance brute du synthé analogique Monotron, le monotribe ajoute une section rythmique  analogique discrète en trois parties et un séquenceur style Electribe.

Korg Monotron Duo

Korg Monotron Delay

Fin 2011, la famille Monotron s’agrandit avec l’ajout du Monotron Duo et du Monotron Delay. Ajoutant un second VCO avec tuning séparé, le Monotron Duo emprunte le célèbre circuit X-MOD (modulation croisée) au Korg Mono / Poly offrant la possibilité de tout faire du vibrato aux sons riche métalliques extrêmes  évoquant un synthé FM. En plus de son VCO analogique, VCF et LFO, le Monotron Delay ajoute un effet Space Delay avec contrôle du temps et de feedback, ce qui permet des sons hallucinants de synthé et d’effets. Gagnant de Keyboard Magazine « Key Buy » décerné en Avril 2012, ces ajouts populaire à la famille Monotron prouvent que si vous avez besoin d’une synthèse puissante n’importe où, à tout moment,  ne cherchez pas plus loin que Korg!

Les Workstations (Stations de travail)

Janvier 1988 vit l’introduction du Korg  Workstation M1. Il combine un clavier, un échantillonnage PCM réaliste, une boîte à rythmes, un séquenceur et un multi-effets numériques dans un seul package. Le M1 est devenu l’un des synthétiseurs les plus populaires de tous les temps, et a servi comme l’archétype de toute une catégorie d’instruments de musique: la station de travail musicale.

Korg M1

Korg X3

Korg Trinity

Pendant ce temps, Korg élargit à nouveau le concept de la station de travail musicale dans une autre direction en 1995 avec le workstation modulaire Trinity DRS ((Digital Recording System Système d’enregistrement numérique). Le bloc métallique élégant, l’afficheur avec écran tactile (TouchView™), et le contrôleur à ruban redéfinit le concept de l’interface utilisateur, et définit l’apparence de la ligne TRITON avenir. Les options modulaires comprennent le Solo Synth Prophétie carte d’extension avec modélisation sonore DSP, PBS-Tri (8Mb) Flash ROM pour charger de nouveaux sons Korg et une bibliothèque de sons au format Akai, un disque dur HDR-trois pour quatre canaux d’enregistrement, SCSI et interfaces S / PDIF, et lightpipe Alesis I / O.

Korg Triton

Le Trinity préparait le terrain pour le TRITON Workstation/Sampler introduit en 1999 qui représenta d’autres progrès dans l’évolution des stations de travail Korg. Comme le M1 une décennie plus tôt, le TRITON définissait la station de travail de la musique avec une foule de nouvelles caractéristiques, y compris un nouveau système d’échantillonnage HI synthèse (Hyper Integrated), mono / stéréo, un séquenceur nouvellement conçu avec des options d’édition étendues, de grands effets sonores, de puissant arpégiateurs polyphoniques double, des cartes d’extension installées par l’utilisateur, et plus encore.

Korg Karma

En 2001, Korg lança le Karma Music Workstation. Alors que son synthé et ses effets étaient identiques au TRITON, la caractéristique unique était le KARMA™ (Kay Algorithmic Realtime Music Architecture), une technologie brevetée sous licence de Stephen Kay. Cette technologie révolutionnaire est capable de générer des changements complexes de timbres musicaux, basé sur un générateur d’algorithmiques très avancé. Le Karma  remporta de nombreux prix et distinctions, et montra l’engagement continu de l’entreprise pour l’innovation en tenant compte des souhaits des utilisateurs pour de nouvelles formes d’inspiration musicale.

En 2002, la ligne des stations de travail TRITON fut élargie pour répondre, en partie à la “listes de souhaits” des fidèles milliers d’utilisateurs TRITON. Le TRITON (disponible en versions 61, 76 et 88 touches) distillait toutes les meilleures caractéristiques de son homonyme dans une rationalisation et un package plus abordable. De synthèses, effets et séquenceur étaient prévus, avec un échantillonnage disponible en option.

Korg Triton Studio

Dans une autre direction, le TRITON STUDIO (61, 76, 88) représentait le package complet, guidant les utilisateurs de la conception sonore à la performance expressive; de ​​l’enregistrement initial au CD audio final. Son processeur ultra rapide et l’amélioration de l’écran tactile, avec son système d’échantillonnage ouvert, 120 notes de polyphonie, un large éventail de possibilités d’extension, disque dur interne, et option de gravure CD faisaient de cette station de travail la plus puissante encore jamais fabriquée par Korg.

Korg Triton Extreme

En ajoutant une section d’effets à lampe et un gigantesque ensemble de sonorités (options  collection « best of » à partir d’une carte son), le TRITON EXTREME (2004) offrit la plus grande (à l’époque) collection du son internes dans une station de travail korgl. Introduite en 2006, le TR était la station de travail la plus complète de la famille TRITON, qui tira sa révérence en 2008. En dehors de la catégorie station de travail, le générateur sonore du TRITON équipait aussi le X50 et le Microx et ainsi  que les synthétiseurs de studios.

OASYS Open Architecture Synthesis Studio

En 2005, Korg une fois de plus fit évoluer le concept de la station de travail de quelques crans avec le “OASYS Open Architecture Synthesis Studio”. Complètement informatisé, le OASYS offrait à l’origine quatre générateurs de synthèse distincts, un échantillonneur, un enregistrement audio avec mixage / production en un seul appareil. D’autres générateurs de synthèse, effets et bibliothèques d’échantillons ont été ajoutées dans le logiciel, en fournissant de précieuses améliorations sonores sans changer le matériel. Le OASYS a également inauguré l’utilisation d’un écran tactile en couleur TouchView.

L’un des moteurs de synthèse de l’OASYS, le HD-1 (synthèse Haute définition) a été ré-créé (avec quelques différences) dans une puce EDS (Extended Definition Synthesis), formant la base des stations de travail M3 et M50 respectivement en 2007 et 2008. Le M3 a également inauguré le KKS “Korg Komponent System », qui permettait au clavier M3 d’ accueillir un cerveau M3,cerveau RADIAS, un de chaque, ou ce qui convenait à l’utilisateur, ce qui rendait la performance d’un instrument compact et personnalisé. Le M3 et plus portable le M50 ont également ajouté une nouvelle piste percussion et un chord-triggers à l’arsenal de ces stations de travail. En 2008, la mise à jour gratuite du M3 XPANDED ajouta plus de sons à l’ OASYS , ainsi que la prestation d’autres DAW axés sur les écrans d’édition du séquenceur. La famille EDS a été rejointe en 2010 le EDS-i (Enhanced Definition Synthesis-intégrated) basé sur le microSTATION. Proposant 61 mini-touches, cette station de travail légère et compacte offrait 480 programmes “ready-to-use” et 256 combinaisons dynamiques. Avec un séquenceur complet, double arpégiateur et Auto Song Setup, le microSTATION est le compagnon idéal pour toute personne se déplacement ou travaillant dans un espace restreint.

Korg Kronos

En 2011, Korg a changé de jeu avec la sortie de la station de travail révolutionnaire KRONOS. Gagnant le très convoité “Best in Show” au NAMM d’hiver 2011 et le “Gotta Stock It” prix de Music Inc, et défendu par des musiciens de renommée mondiale tels que Herbie Hancock et Jordan Rudess, il ne fait aucun doute que le KRONOS est un gagnant. Avec 9 générateurs de synthèse terriblement puissants, inspiré du générateur du KARMA ™, MIDI et audio séquenceur évolué, un tout nouveau mode Set List conçu pour de meilleures performances et une intégration complète avec un ordinateur, le KRONOS est le package ultime.


Logiciels & Informatique

Malgré la popularité des synthétiseurs Korg, il y a encore un appétit des consommateurs pour les très convoités “golden-oldies”. Ayant accès à l’ensemble des schémas originaux et de la technologie, Korg s’est dirigé vers la création de versions logiciel de leurs synthétiseurs les plus populaires du passé. L’original “Korg Legacy Collection” comprenait une réplique du MS-20, conçu pour fonctionner comme un contrôleur logiciel USB. L’original a cédé la place à la “Korg Legacy Analog” Édition 2007 et la “Korg Legacy Digital Edition”. L’édition analogique accueille le MS-20, le Polysix et Mono / Poly, tous ces logiciels permettent de faire renaître et d’améliorr. L’édition numérique contenait le populaire M1 et le WAVESTATION, et comme un bonus inclus toutes les données de l’ensemble des options, des cartes, et des améliorations à l’origine disponible. Comme la musique de plus en plus est créé avec des ordinateurs, Korg a soutenu les musiciens  avec une multitude de contrôleurs MIDI dans une variété de formats. En 2003 le microKONTROL  est proposé avec des mini-touches, des pads, des curseurs et boutons  le premier contrôleur à tout offrir ! Deux ans plus tard (2005), le KONTROL49 inclut bon nombre des mêmes caractéristiques et touches de taille standard. Le K-SERIES offre un contrôleur de clavier plus basique. Tout le monde n’a pa besoin de clavier, et en 2006, le PADKONTROL a été un succès énorme. Les nanoSERIES lancèrent une gamme complète de contrôleurs pour les ordinateur portables des musiciens en 2008. La ligne de contrôleurs s’agrandit même avec la famille MicroKey, offrant 25, 37 et 61 configurations de touches, et le nanoSERIES2, la deuxième génération de contrôleurs nanoSERIES!


En 2010, Korg a annoncé l’iElectribe, une reconstitution de l’Electribe originale • R  pour une utilisation sur iPad! Cette application logicielle novatrice fut bientôt suivie par l’Edition iElectribe Gorillaz, iMS-20 et l’iKaossilator (disponible pour iPhone et iPad). Fidèle à son habitude, Korg a été une fois de plus en tête dans le développement révolutionnaires des instruments de musique.


Accordeurs et Métronomes

L’innovation Korg n’a jamais été limitée aux clavier. En 1975, Korg présenta le premier accordeur électronique au monde , le WT-10. Les accordeurs électroniques sont tellement banal aujourd’hui, il est difficile d’imaginer la sensation causée par le WT-10, mais il a permis de disposer d’un accordeur précis pour pratiquement tous les musiciens et a donné naissance à des dizaines de concurrents. Depuis lors, Korg a vendu plus de 20 millions d’accordeurs!

Korg WT-10
Korg GT-10

Korg a suivi avec l’accordeur guitare et basse GT-6 en 1978 et l’accordeur WT-12 en 1979. Le GT-6 est un accordeur abordable qui a été immédiatement adopté par les guitaristes et de la bassistes, tandis que le WT-12 disposait d’un oscillateur à quartz et un calibrage de la hauteur.

1985 a marqué le lancement de l’accordeur numérique compact DT-1, un accordeur chromatique automatique à LED, logés dans un étui avec les mêmes dimensions qu’une cassette audio. Ils ont également introduit  l’accordeur/métronome numérique DTM-12  , qui fournissait des capacités de réglage précises ainsi qu’un métronome intégré.


Korg DT-1
Korg DTR-2000

En 1987, Korg donna à l’accordeur de guitare un niveau supérieur en introduisant le Pro DT-1, le premier accordeur numérique professionnel du monde sous forme de rack. Le DT-1Pro est rapidement devenu un « standard » pour les guitaristes de premier plan qui utilisaient des racks sur la route ou en studio, et a été remplacé par le DTR-2000 et DTR1000 en 2002. Chacun pouvait accorder des open-tuning et jusqu’à sept demi-tons  offrant plusieurs types d’affichage. Le DTR-2000 proposait également une fonction d’éclairage qui illumine les équipements montés en rack.

Korg GT-1

Au cours des années 1980 et début des années 1990, Korg présenta une foule de produits d’accordage, y compris: le guitare / basse GT-1, l’accordeur multiple-tempérament MT-1200, l’accordeur guitare GT-2, le basse BT-2 et l’accordeur chromatique AT-2 (avec une échelle de sept octaves). 1994 a vu l’introduction de l’accordeur automatique chromatique AT-1AC avec microphone intégré pour accorder des instruments acoustiques.

Korg GA-10

Korg DT-7

En 1997, Korg lança l’accordeur guitare et basse GA-10 et l’accordeur chromatique CA-10, à la fois très efficace et économique. En 1999, Korg  présenta l’accordeur chromatique guitare / basse DT-7 , le premier accordeur guitare à être équipé du légendaire Buzz Feiten ® Système de syntonisation. Le DT-7 acclamé par la critique était l’un des accordeurs les plus précis sur le marché, et proposait également une gamme de syntonisation extrêmement large. La grande souplesse de l’accordeur chromatique guitare / basse GT-12 et l’accordeur d’orchestre OT-12 ont perpétué la tradition de précision et d’exactitude.

Les tout derniers accordeurs Korg poursuivent la tradition d’innovation dans le monde des accordeurs.

Korg AW-2
La série AW (AW2/AW2G) sont des accordeurs chromatiques qui se fixent sur l’instrument: trombone, saxophone, guitare, etc Les derniers accordeur sous forme de pédale (Pitchblack, Pitchblack +, Pitchblack Poly) offrent une grande visibilité. Le PitchJack pliant offre un confort, et la trimode DT4 et GT4 permettent à l’utilisateur de sélectionner leur mode de mesure favori. 2008 a également vu l’introduction de accordeurs spécialisés, tels que le BA40 et HA40, répondant aux besoins respectivement des musiciens de bluegrass et hawaïen. L’ultra-compact, toujours fiable CA-1 et GA-1 continuent d’être les accordeurs les plus vendus dans le monde entier. Sorti en 2011, le pitchclip est un appareil compact, précis et facile à utiliser, un accordeur chromatique syntoniseur à pince utilisé par des artistes tels que Joe Satriani, Zakk Wylde et Paul Gilbert.

Korg Humidi-Beat

Le MetroGnome MM-1 a fait ses débuts en 2001 comme le plus petit métronome du monde. En 2010, Korg a présenté le Micrometro, style pince, sept signatures rythmiques et des patterns doublet, triplet et quadruplés. Parmi d’autres produits le Humidi-Beat, un métronome portable avec un intégré et hygromètre thermomètre, et le TM-40, l’accordeur numérique qui vous permet de vous accorder et d’utiliser le métronome en même temps!

Korg PME40X

Korg Toneworks G2
Effets

Dès le début, Korg a proposé des effets, à l’origine avec le filtre mini-Korg sous forme de pédale en 1972. Durant l’époque des bandes magnétiques (Echo à bande), analogique (série SD) et numérique, Korg produit une gamme complète d’effets en rack. La société a produit deux lignes de pédales d’effets sophistiquées dans les années 1980, y compris le pédalier multi-effets PME40X. Lancé à l’origine en 1994 comme une ligne de traitement du son des guitare, la série TONEWORKS  Korg “première famille de produits incluant le processeur guitare acoustique G2 , le simulateur de haut-parleur rotatif G4, la distorsion guitare G1 (qui fait usage de la technologie Korg en matière de modélisation nouvellement développé), le multi-effets guitare AX30G,  le premier produit à disposer d’une pédale d’expression intégrée et 28 effets.


En 1995, le TONEWORKS suivi avec l’introduction du multi-effets basse AX30B avec la pédale d’expression et 27 effets, le Synth Bass G5 et le révolutionnaire multi-effets Pandora PX1. Durant les années 1990, TONEWORKS lança un certain nombre de produits, y compris: le multi-effets guitare AX300G avec 100 effets, le multi-effets basse AX300B  avec 60 effets, les multi-effets AX1G (guitare) et AX1B (basse); le Processeur d’effets personnel PX3 Pandora et le Pandora PX3B, ainsi que le processeur AX1000G innovant avec modélisation du signal, le premier produit disposent de la technologie Korg REMS ™ (Resonant structure and Electronic circuit Modeling System structure de résonance et circuit électronique de modélisation) d’ou le nom REMS. Plus tard les ajouts à la ligne TONEWORKS comprennent l’AX1500G et le AX100G. Offrant un encombrement réduit, plus la programmation plus l’options d’interface, la série AX10 a fait ses débuts en 2004, avec des modèles pour guitare (AX10G) acoustique (AX10A) et Basse (AX10B). Beaucoup de ces mêmes techniques de modélisation ont été trouvés dans l’unique Ampworks et modèles BassWorks.

Korg Pandora

D’abord publié en 2001, la ligne des processeurs d’effets Pandora se voie ajouter les modèles PX4 et PX4B, complétés avec des fonctionnalités innovantes telles qu’un émetteur infrarouge (pour pouvoir pratiquer avec un casque sans fil) et la modélisation d’ampli “dial-in » .

En 2001, TONEWORKS élargi également la portée de sa gamme de produits avec l’introduction de l’enregistreur numérique PXR4, suivie par le D4 en 2005. Ces puissants systèmes d’enregistrement complet de poche offrent l’édition et des possibilités de mixage, ainsi que des effets, de la modélisation, un port USB, et une grande qualité sonore du microphone intégré, le tout dans un boîtier de la taille d’un sandwich pour une portabilité extrême .

L’année 2005 a également vu l’introduction du PX4D [Dual: Guitare / Basse] et du PX4A [Acoustique]. En 2008, la famille Pandora continue de croître avec la sortie du PX5D, s’inspirant des fabuleux effets du Pandora, et l’ajout d’une interface USB et d’une pédale d’expression pour une utilisation en live. En 2011, Korg annonce la tout nouveau Mini Pandora!

Korg Electribe ER-1

Electribes et produits dance

En 1999, Korg se déplace vers le marché en plein essor de la dance, dévoilant sa gamme Electribe, à commencer par l’Electribe • un synthétiseur à modélisation analogique et le rythme Synthétiseur Electribe • R. Les deux s’équipent d’un générateur de son accouplé à une interface classique pour créer des motifs qui correspondent parfaitement aux besoins de ce genre de musique. Korg poursuivi son développement avec des produits dance de l’échantillonneur Electribe S • Rythme de production en l’an 2000. Il permet aux utilisateurs de créer et de traiter agressivement de nouveaux beats uniques. Il dispose de ré-échantillonnage, découpage temporel de boucles, et plus encore. Le dernier modèle de cette série, l’Electribe • M Station de production musicale, présenté pour la première fois au Musikmesse de Francfort en Mars 2001 et équipé de deux Synthés PCM et percussions à l’intérieur d’une unité.

Korg Electribe ESX-1

Les Electribes actuels disposent du “Korg’s Valve Force vacuum tube processing” pour la chaleur analogique ou l’agressivité hard-edge. Le EMX-1 est basé sur la synthèse MMT trouvée sur le RADIAS et le R3; l’ESX-1 combine synthèse, échantillonnage et transformation pour la mise en place d’écoutes dynamiques. Ces modèles ont été mis à jour en 2010 avec l’ajout d’un disque dur SD et les tout nouveaux paterns!

Le révolutionnaire Korg Kaoss Pad a aussi fait ses débuts en 1999. Avec 60 programmes d’effets polyvalents, ce produit unique permet en temps réel de contrôler le traitement des effets numériques intégrés permettant l’utilisation d’une tablette tactile XY. En 2002, la technologie Kaoss Pad  a pris un nouvel élan, entraînant le KP-2 Kaoss Pad 2, avec l’ajout de synthétiseurs, d’effets, la fonctionnalité BPM, l’enregistrement de mouvement, et plus encore. Combinant échantillonnage, effets et pads éclairés le KP KAOSS-3 est introduit en 2006. La pile de poche miniKP a fait ses débuts en 2007, déclenchant le KAOSS partout. Au début 2011, Korg annonce le Kaoss Pad Quad, permettant l’utilisation simultanée de 4 effets différents, tous contrôlés par cette interface familière XY. le Mini-KP, a évolué en 2012 avec le mini-Pad KAOSS 2! Ajout d’un support microSD, lecteur MP3,  micro interne et 3 emplacements de mémoire de programme, la dernière addition à la famille KAOSS ne déçoit pas.

Korg Kaos Pad

La technologie polyvalent des KAOSS se retrouve dans d’autres produits Korg ainsi à partir d’une série continue de tables de mixage DJ [KM-2 (2001); KM202 KM402, (2008), et même le puissant mixeur ZERO8 en vedette une version de la technologie touchpad)] comme ainsi que la Entrancer KAOSS vidéo en 2004. En 2008, le KAOSSILATOR place la puissante synthèse du Korg Kaoss Pad sous contrôle, la création d’un nouveau type d’instrument de musique qui peut être apprécié par les musiciens et non-musiciens. En 2012, Korg ajoute 2 Kaossilator à la famille, ajoutant un microSD, d’autres sons et un looper!

Korg D8

Studios d’enregistrement numérique

En 1991, Korg entré dans la catégorie de la diffusion professionnelle, et commence à créer des systèmes d’enregistrement numérique sophistiqué et des mixeurs sous le nom de SoundLink. Les technologies mises au point ici ont été incorporées dans le populaire studio d’enregistrement numérique de la série D, qui a fait la transition vers le marché de l’enregistrement d’origine. La série D a été conçu pour les musiciens qui voulaient faire des enregistrements de qualité professionnelle à la fois à la maison et sur la route, à commencer par le polyvalent 8-track D8 en 1998. Puis vint le succès du 16 track D16 en 2000.


Korg porte cette ligne de produits au niveau supérieur début 2001, avec le D12 et le D1600. Les deux fonctionnalités de haute qualité, l’enregistrement non compressé 24-bit/44.1kHz qui va bien au-delà de la qualité CD, édition non-destructive, mixage de scène numérique automatisé, multi-effets intégré, boite à rythmes PCM, affichage avec écran tactile TouchView (D1600), et la possibilité de graver un CD à partir d’un lecteur de CD-RW. Pour le guitariste, Korg présente le D1200 en 2002. S’appuyant sur la technologie à modélisation REMS de Korg, le D1200 ajoute une modélisation finale pour le processus d’enregistrement visant à aider les guitaristes et chanteurs / compositeurs pour obtenir un son exceptionnel et commencez l’enregistrement rapidement et facilement.


Korg D32XD-XD

La popularité de ces produits a conduit au D16XD hautement professionnel et le D32XD-XD, Xtended indiquant: enregistrement en 24-bit / 96 kHz. La série XD (2003) permet l’extension d’améliorations modulaires, ce qui permet l’ajout d’un préampli à lampes, plus huit entrées analogiques avec des compresseurs analogiques et même une sortie ADAT Lightpipe. Le D32XD est même équipé de faders motorisés. Pour une utilisation plus personnelle, Korg a publié le D3200 en 2005, équipé d’un bouton multi-fonction-Matrix, un interface “Click-Point” et une Session Drums simple d’utilisation. Le plus simple de tous était le D888,  essentiellement un mélangeur en direct qui enregistre chaque canal en tant que fichier WAV, les enregistrements peuvent facilement être capturés puis transférés via USB à un logiciel de montage sur ordinateur..


DSD (1-bit) Enregistreurs

Korg a pris tout le monde par surprise avec la premier avec la technologie DSD 1-bit qui équipent les enregistreurs mobiles MR en 2006. Contrairement aux enregistreurs numériques, où la résolution finale doit être décidé avant l’enregistrement,la série MR enregistre la sortie directe du convertisseur A / D, permettant même à l’enregistrement d’être réutilisé dans n’importe quel format sans perte de fidélité, excellent pour le mastering, l’archivage, et la capture de la gamme dynamique réelle et l’ambiance de la source originale. La petite taille du MR-1 offre une mobilité incroyable, et le MR-1000 s’est avéré être un excellent enregistreur sur le terrain et un outil de mastering. Après avoir consulté de nombreux professionnels de l’enregistrement professionnel, la version Studio du MR2000S a été publié en 2008; avec un format rack simple, de s vue-mètres élargi, synchronisation et autres fonctions de production. En 2010, Korg publia le MR-2, l’ajout du support de carte SD, un micro intégré réglable et plus encore! Et, en 2012, évolution du Korg MR2000S avec le MR2000SBK, apportant un plus gros disque dur et une élégante façade noire.

Korg LP-10
Pianos de scène

En 1980, Korg a présenté son premier piano de scène, le LP-10. Le SP80 est venu ensuite, suivie par l’EPS-1, un instrument unique qui permettait de superposer le piano et des nappes de cordes ensemble. En 1986, les “Sampled Grand series” (SG1 et SG1D) ont donné un son de piano étonnant. Korg a a fait évoluer le piano de scène en 1996 avec le SGproX.


Le SP-100 a fait ses débuts en 1999 suivi par le SP-200, SP-300 et le piano arrangeur  SP-500 en 2002. A ce jour Korg propose le pinao SP-250  et le piano work station Pa588 interactif. Tous deux disposent d’un son de piano incroyable, un support en métal pliable, une véritable pédale d’assourdissement, et des haut-parleurs intégrés. Le touché des pianos Korg avec le RH3 action Graded Hammer apporte une touche de vie, afin de satisfaire le pianiste exigeant.

Korg SV-1

En 2009, Korg présente le SV-1, le piano de scène Vintage. Doté d’une gamme de sons comprenant deux phénoménaux pianos à queue, pianos électriques, et des orgues, le SV-1 est le partenaire idéal sur scène ou en studio. Avec une face avant inclinée et des touches Korg RH3 action Graded Hammer, le SV-1 délivre le son dont vous avez besoin quand vous en avez besoin.

Korg SP-170

En 2011, Korg dévoile la SP-170, un piano simple, élégant et facile à utiliser. Avec dix sons, dont deux pianos à queue habilement échantillonnées , le SP-170 est le choix idéal pour une grande qualité sonore, beaucoup d’émotion et facile à transporter.

Korg SAS-20

Pa, i, iS, SAS Stations de travail interactives

Korg a commencé sur la route de l’interactivité avec l’incroyable SAS-20 en 1982. Puis, en 1993, le i3 a marqué le début de la série de la station de travail interactive pour de bon. Ces claviers et modules utilisent une variété de « Styles » éditables dont l’artiste peut interagir avec la création d’une étonnante performance musicale aux multiples facettes à partir d’un seul et même instrument. La série « i » a conduit à l’amélioration de la série « iS » et en 2000, Korg a présenté le Pa ou série professionnelle.

Korg PA-60

Le Pa80 et Pa60 utilisent le célèbre générateur de synthèse « HI » de la puissante série Korg TRITON et introduit le “dual song player XDS”, un atout précieux compte tenu de la nature de divertissement de ces instruments. Le Pa50 compact utilise quelques-unes des options d’extension, mais livre le même style de sonorité et de performance que le Pa80 à un prix inférieur, et continua à être le clavier Korg le plus vendu (monde entier) pendant des années! Et tandis que le Pa80 a été une percée, il a permis l’introduction du Pa1XPro et des modèles Pa2XPro, Pa800 et Pa500 que Korg à réellement mis à la pointe de cette catégorie. Basé sur le générateur EDS du M3 et du M50, ces modèles ajoutent un extra traitement vocale TC, l’affichage des notes des fichiers MIDI, une sortie vidéo, ainsi que l’enregistrement et la lecture de MP3

Korg Pa588

2008 a également vu le lancement du Pa588, combinant un piano scène numérique haut de gamme avec toutes les précieuses caractéristiques de la série Pa: affichage TouchView , séquenceur XDS, et l’étonnante technologie du générateur RX .

Korg PA-3X

En 2011, Korg annonce le Pa3X, en utilisant le générateur de son RX (Real eXperience) avec une ROM interne massive, et des pianos emprunté au célèbre SV-1, le Pa3X assume avec fierté sa position phare! Disponible en 61 touches ou 76 touches, avec la vélocité et l’aftertouch, il dispose d’un bel écran TouchViewTM, parfait pour la scène ou le studio!

Récompenses

Au fil des ans, Korg et ses produits ont reçu de nombreux prix et honneurs des membres de l’industrie de la musique dans les pays à travers le monde. Ces dernières années, Korg a remporté de nombreux prix de salons commerciaux. En 2010, Korg a remporté deux prix MIPA, pour « Meilleur Batteries Electroniques» pour la WAVEDRUM et « Meilleur outil de performance en direct » pour le Pro KAOSSILATOR. Korg a également reçu la très convoitée Winter NAMM « Best in Show » pour son KRONOS (2011) et son pitchclip (2012). Le KRONOS a été salué comme le « Choix de la rédaction» par Electronic Musician tandis que le microKORG XL, monotrons et monotribe ont tous reçu le prix « Key Buy » de Keyboard Magazine. Quand les musiciens sont à la recherche de produits innovants, ils se tournent vers Korg.


Le 15 mars 2011 Tsutomo Katoh est décédé après une longue lutte contre le cancer.


http://www.musicarius.com/61_korg

Source: musicarius

          


MORE

http://www.keyboardmag.com/artists


No comments:

Post a Comment